Accueil | Créer un blog |

Carnets de Gatrasz...

[Primitif urbain] ' Stone Dead Tripper ' Scimmia...

Cardiophylax... | 01 février 2015

Fond sonore : [Black Rebel Motorcycle Club - Shadow On The Run]

Ton regard exprimait la plus totale attention, la plus entière concentration ; tu te penchais sur moi, et j'attendais couché le contact de tes petits doigts froids. Tu te demandais comment procéder, j'anticipais. Je m'emplissais de fantasmes comme un ballon s'emplit d'air, redoutant l'aiguille ; tu saisis le scalpel et me le plongeas directement dans la poitrine. Ah, l'exquise sensation ! Tu dessinais des formes géométriques, tu taillais, artiste jusqu'au bout des ongles sur la toile qui me servait d'épiderme - belles cicatrices en perspective. Je serai couturé de partout quand tu en auras fini. Je plonge mes yeux dans les tiens quand tu te penches, curieuse ; tu sembles ignorer mon âme et te perds dans la contemplation silencieuse des viscères que tu découvres. Tu saisis l'écarteur et le pousses entre mes côtes, tu serres, tu tires, tu tournes. Soudain tu écartes, je craque, sens mes côtes qui s'ouvrent et se brisent - intense émotion, libération des poumons qui se gonflent enfin sans entraves, laissent échapper le plus long soupir d'amour qu'on ait jamais poussé. Tu les repousses délicatement sur le côté, fouilles plus profond dans la cage brisée, démantelée, démantibulée - libre. Cherches le coeur, et je retiens mon souffle. Tes mains, merveilles agiles, triturent et glissent, et je me demande ce que cela me fera de les sentir sur mon coeur, sans frein, sans murailles, sans obstacle à ton étreinte. Enfin, c'est comme un robinet qu'on ferme : l'air cesse de s'enfuir, le système se bloque et...miracle ! Je sens ta poigne glacée de créature née des neiges éternelles se saisir de cet organe superflu qui, définitivement, ne peut être le siège de l'amour puisque je t'aime plus encore alors même que tu m'en prives. Dans un rêve je te vois le porter à tes lèvres, ce coeur rouge et tout frémissant auquel adhèrent encore quelques filaments d'artère... Je me sens investi d'un bonheur sans limite à cette vue si rare, si spéciale ; tes dents surgissent tout à coup d'entre tes lèvres pales et fines, et tu mords, tu dévores, tu déchires ce coeur surnuméraire. Tu manges salement comme il convient aux petites bêtes à qui l'on permet tout. Bientôt se lisent sur tes traits les stigmates attendus de la satisfaction et de la satiété les plus pures, les plus complètes - tu sais, maintenant. Et je n'aurai plus à m'en inquiéter, je ne suis plus qu'un coeur dépourvu de corps.

Gatrasz

Publié par Gatrasz à 01:39:15 dans La Camisole... | Commentaires (1) |

Chassepot [Episode 4 et Fin] | 22 novembre 2014

Fond sonore : [ Mogwai - White Noise ]

12 Novembre 2014, 10H30/21H.


Il est 20H47 ce 12 Novembre quand sonne le téléphone sur le bureau de Marcelin. Quand il décroche, une voix stridente occupe la ligne en un agglomérat confus de mots hurlés. Haussant le ton, il tâche de transmettre à son interlocutrice un message simple. "CALMEZ-VOUS !" Elle semble entendre, car la voix s'étouffe en un sanglot bruyant qui perd en hystérie mais gagne en clarté sur la ligne. La dame, voix jeune, s'exprime à présent sur un ton absent et déclare qu'une personne est inanimée ou morte, Marcelin comprenant à la volée que c'est un homme, qu'il est dévêtu et blond, qu'il est dans un lit et qu'il n'y a pas de sang entre autres détails surgissant de la terreur de la fille en état de choc. Plusieurs fois il tente d'interrompre la jeune femme, mais le flot de paroles est aussi difficile à endiguer que le Gulf Stream au moins, et menace à tout instant de revenir à l'état d'orage de confusion et de bruit. Il note en sténo tout ce qui le frappe en terme de détails utiles ; tout à coup le son s'étouffe dans un froissement, il comprend que le combiné a dû tomber - probablement sur le lit - mais la voix continue, de plus en plus heurtée, étouffée. Il pense à raccrocher, quand ses yeux tombent sur l'affichage du numéro de sa correspondante. Il le reconnaît. C'est le numéro de domicile personnel de son collègue, Constantin Chassepot. Marcelin raccroche en gueulant, bouscule une pile de dossiers et quitte son bureau en trombe. Bang-Bang...


10H30 - Cette fois c'est Marcelin qui s'y colle ; il faut admettre que la théorie de son collègue, si juvénile qu'il fût, est la seule sur laquelle travailler en attendant les résultats de l'appel à témoins. Par ailleurs le propriétaire de la boutique possède une camionnette, ce qui constitue une vérification nécessaire, une occasion de mettre la pression sur un suspect - si la visite de Chassepot a fait tiquer le propriétaire de la boutique, l'interrogatoire pourrait déclencher des réactions de panique révélatrices, au cas où l'on douterait toujours.

En fait de panique, c'est plutôt l'étonnement qui préside aux réactions de l'individu ; oui, il connaissait le vieil homme. Non, il l'avait pas vu récemment, en tout cas pas le week-end précédant sa mort. En revanche il connaît un site où la victime aurait pu se rendre - confirmation implicite des déclarations de Géraldine Ronsard, mais ils ont pu mettre au point ensemble l'histoire et le policier se méfie encore.

"Vous pouvez m'indiquer cet endroit ?
-Bien sûr ! Il s'agit d'un champ à quelques kilomètres au Sud-Ouest d'Orléans ; le propriétaire a donné bien entendu son accord.
-Pour ? Une prospection archéologique ?
-Non, non, pour qu'on puisse entrer sur la propriété et chercher les objets perdus.
-Oui, oui, j'imagine. Vous n'y étiez pas dimanche ?
-Non, j'étais en famille pour le week-end à Vierzon.
-Bien, nous vérifierons si nécessaire. Il nous faut savoir d'autres petites choses ; cela vous dérangerait de me confirmer votre emploi du temps pour les deux jours suivants, disons aux environs de 21H ?"

En début d'après-midi, Chassepot et lui échangent leurs points de vue dans le bureau qu'ils partagent au département de la police criminelle.

Lire la suite...

Publié par Gatrasz à 19:01:23 dans Aventures Scripturales... | Commentaires (1) |

Chassepot [Episode 3] | 06 octobre 2014

Fond sonore : [ Mogwai - San Pedro ]

10 Novembre 2014, 17H.

La rousse le regarde en plissant les yeux, puis sourit - avec un temps d'arrêt.

 "Oui, ce sont des détecteurs à métaux. Pourquoi ?
-Je me demandais...si je pouvais m'en procurer un. Vous savez, pour débarrasser mon jardin des vieux bouts de métal, ce genre de choses...
-Bien sûr ! Nous avons plusieurs gammes de prix.
-D'accord. Mais, euh...c'est légal ? Il ne me faut pas un permis, par exemple ?
-Pas pour l'achat, non. En revanche la loi exige que vous demandiez une autorisation si vous voulez vous en servir chez quelqu'un. Tout le monde ne le fait pas, remarquez, mais...c'est mieux. Et, si ce n'est pas indiscret, qu'est-ce qui vous amène à vouloir acheter un détecteur ?
-Oh, euh...c'est juste un ami qui m'en a parlé. Il n'habite pas très loin, et...
-Qui est-ce ? Nous le connaissons peut-être ?
-Oh, je ne crois pas...

Chassepot donne le nom du vieil homme et s'en veut aussitôt mais la gaffe est faite. La jeune femme le regarde d'un oeil soupçonneux, puis baisse la tête. Quand elle lui fait face à nouveau son regard est sombre et de la colère s'y lit en gros caractères.

Lire la suite...

Publié par Gatrasz à 00:19:22 dans Aventures Scripturales... | Commentaires (0) |

Chassepot [Episode 2] | 26 septembre 2014

Fond sonore : [ Crippled Black Phoenix - We Forgotten Who We Are ]


10 Novembre 2014, 13H.

Au début de l'après-midi suivant en terrasse de la Brasserie de Loire, l'affaire a quelque peu progressé. Le rapport du légiste y est pour beaucoup, et Marcelin pour pas grand-chose - pour le moment. Constantin Chassepot n'a guère de raison d'être fier, mais tout en soignant sa digestion il se dit qu'il y travaille. Le reste de la journée sera laborieux, ennuyeux à mourir, fructueux sans doute aussi avec un poil de chance... Plus tôt dans la matinée, Chassepot et Marcelin faisaient le point autour d'un café après une courte nuit.

"Voilà ! Noir, sans sucre... L'autopsie est faite, Votre Seigneurie ?
-Elle devrait, Chassepot. Je suggère que nous allions botter les fesses du docteur sitôt la fin de cette cafetière.
-Au fait, qui nous a prévenu ? La femme de ménage ?
-Un peu après 20h ? Non, c'est une étudiante qui prenait des cours de rattrapage avec le bonhomme qui s'est inquiétee ; depuis deux jours il ne répondait ni aux coups de sonnette ni aux appels, mais sa voiture était devant le garage.
-C'est exemplaire, d'habitude c'est après plusieurs semaines que les gens s'étonnent. Il était prof ?
-D'Histoire, à la retraite. Niveau collège, mais apparemment c'était une sorte d'érudit local, un passionné de 1870 justement. Il devait tenir votre aïeul en grande estime, héhé... Bang ! Bang !

Lire la suite...

Publié par Gatrasz à 20:03:18 dans Aventures Scripturales... | Commentaires (0) |

Chassepot [Épisode 1] | 26 septembre 2014

Fond sonore : [ The Black Angels - Holland ]

9 Novembre 2014, 21H.



Le téléphone déchire le silence du salon ; Constantin Chassepot rampe hors de sa somnolence et franchit le canapé d'un bras qui lui paraît sans fin.
"Chassepot ?
-Oui, oui. Je suppose que c'est...
-Un meurtre, ouais. A priori. Ramenez-vous au 25, Rue des Tamarins.
-Je...ok"
Dix minutes après l'appel, Constantin roule à travers la ville. Orléans défile et s'efface derrière les phares, il n'y a jamais d'heure pour ces choses-là. Il le savait, quand il a passé le concours. Ce n'est pas sa première affaire, mais c'est la première fois qu'on le sonne en pleine nuit - un coup à prendre. Il freine en catastrophe quand deux agents surgissent dans le brouillard gras, un gyrophare dans leur dos - l'ambulance.

"On vous attendait, c'est à l'étage. Marcelin est en haut avec les gars du légiste"
Un petit pavillon sans âme, une haie touffue qui dissimule à moitié la sonnette ; Chassepot passe en trombe sans avoir le temps de lire le nom sur l'étiquette. Deux pièces vides. Dans l'escalier, encore un planton qui lui indique le chemin, hagard. Hé bien, ça doit être sale comme scène de crime pour que tout le monde fasse la gueule...

Lire la suite...

Publié par Gatrasz à 16:38:21 dans Aventures Scripturales... | Commentaires (2) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 79 | 80 | >>

INDEX

Et sinon...


...je vous rappelle que je suis aussi l'auteur de quelques petites chansons (celles en français) pour : ce groupe ; allez-y, vous verrez :)...

Licence

Creative Commons License

Le contenu de ce blog est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Navi [Gat'] Heur...

PLEURE PAS CAILLOU, JE T' AIME (MES 26 ANS AUSSI...)

 



Espèce de petit primitif urbain, qui traîne la nuit son désespoir dans vos parkings souterrains...

Mes autres pages :

"If you're happy with nothing you'll be so very happy with me" - Ben Harper


 


 

Counting Jam Sessions

compteur pour blog

Some Cosmic [Candy] Talking...

Depuis le 07-09-2006 :
1024728 visiteurs
Depuis le début du mois :
597 visiteurs
Billets :
403 billets

Mars

DiLuMaMeJeVeSa
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031