• La Mauvaise Heure...

    (12 Hrs ago...)

    Hier soir, je suis sorti, à cette heure où la Lune défaille parce qu'elle commence à fatiguer, et où l'Aube rechigne à se lever matin. En fait, ça n'était plus vraiment le soir ; il devait être environ 4 heures. Ensuite, je sais, j'ai commis une erreur : j'ai volontairement quitté le goudron pour le petit chemin de terre. J'aurais dû le savoir pourtant ; sur ce sol sont gravés, du bout des doigts, tant d'incantations et de blasphèmes qu'en y marchant la nuit on croit sous nos pieds nus voir les pentagrammes et lire les malédictions muettes confiées là au passé et à la poussière. Je suis reparti emportant avec moi ces mots interdits, collés sous ma semelle ; j'ai aperçu les lumières du château, je les ai fui mais plus tard l'ombre a gagné mes peurs. Le froid est tombé, phénomène bien connu au Désert : ces étendues glacées qu'au jour le Soleil inonde et recuit. Je sentais les cristaux d'humidité nocturne s'accrocher à mes basques pour me ralentir ; et dans les ruelles obscures grondaient des bêtes étranges. J'étais observé par des créatures que je ne reconnaitrais pas, cachées comme elles étaient derrière les poubelles et dans les cages d'escalier ; mais cette Nuit-là n'était pas à moi. Des chauve-souris géantes voletaient autour de ma tête, j'entendais le battage haletant de leurs bras ailés craquer dans la pénombre comme les rafales d'une mitrailleuse d'éther. Tac-tac-tac-tac, et puis tac-tac-tac encore. Je devais être plutôt flou sur leur radar, incongru dans leur assomoir où la gent humaine est une proie ou, plus sûrement, n'est pas. J'ai donc tourné les talons sous le nez du crabe-guetteur, vissé à son tronc d'arbre comme un oeil caparaçoné ; et j'ai regagné mes pénates, le dos voûté, ma mission accomplie mais ma retraite infiniment plus compromise qu'avant. Je n'oublie pas qu'au retour, une haute silhouette s'est dessinée dans un coin pas très clair pour me regarder partir ; et sur des mots sans suite, comme un test de voix des micros de l'Enfer, il a déployé de vastes ailes grises. Et il s'est envolé, le bougre ; et dans l'air lourd et froid ça faisait : Flox, flox, flox...

    Gatrasz.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Mai 2008 à 16:13
    beuh
    normal qu'il t'arrive aussi !! t'étonne pas !! faut pas sortir à 4h faut dormir :) bisous gatrasz
    2
    Inno
    Mercredi 21 Mai 2008 à 19:46
    J'étais pas repassée ici depuis un bail
    mais tu écris toujours aussi bien !! Pareil pour les dessins ;) Bisous fruités
    3
    Jeudi 22 Mai 2008 à 17:08
    'lut Inno...
    ...bin merci de ton passage. J'en profite pour me réveiller...
    4
    Jeudi 22 Mai 2008 à 17:09
    'lut Jalouse...
    ...j'avais pas le choix, une lettre à poster^^ Le genre avec des colombes et des petits lapins... ;)
    5
    Inno
    Jeudi 22 Mai 2008 à 19:52
    Quoi ton anniversaire
    C'est 4 jours avant le mien ?? Mais t'es gémeaux alors !! Oui mon blog meurt, normalement ce soir ^^ Bisous fruités
    6
    Jeudi 22 Mai 2008 à 21:58
    ben ...
    alors le gat ... faut faire dodo !!! bisous passe me voir ça me ferait plaisir Bisous
    7
    Vendredi 23 Mai 2008 à 17:21
    Bah oui Inno...
    ...on ne peut plus Gémeaux^^ Bin oui, je confirme, on peut plus y aller, chez toi. Snif... Bisous aussi :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :