• Le Photographe... (2)

     

    Frédo eut un involontaire froncement de sourcils en découvrant la photo ; il la sortit du bac et la regarda de près. Rien. Absolument rien. Il ne tenait entre ses doigts qu’un rectangle noir, même pas une image peu contrastée, l’arrière-salle à peine éclairée d’un bar poitevin ou même une ruelle obscure sulfatée par les rayons pâles d’un lampadaire moribond, non. Juste une erreur, un flop, du gâchis manifeste de pellicule... Hé bien, ça ! Il fallait bien que ça lui arrive un jour ; on ne peut toute une vie faire un parcours sans faute, et en fin de compte, Frédo s’en moquait bien. La seule chose qui lui posait problème, une heure plus tard, sirotant un whisky-glace dans le fauteuil de son bureau, c’était qu’il n’arrivait pas à se souvenir de ce qu’il aurait dû y avoir sur la photo. Il avait beau retourner la question dans sa tête, peau de balle, pas moyen de se le rappeler. La plupart de ses prises de vues s’imprimaient dans sa rétine en même temps que derrière l’objectif, il les enregistrait et, généralement, était impatient de les découvrir dans la chambre noire ; comme une femme longtemps désirée qui, à l’occasion d’un rendez-vous, se dévoile pour vous dans la pénombre d’un espace calfeutré, familier, intime. Une conquête à l’arrachée, au consentement aussi douteux qu’excitant pour l’œil aventurier du photographe : un plaisir de connaisseur quand il y a du monde au balcon, du sujet de choix sur papier glacé, bref, l’exclusivité du point de vue gourmand du chasseur. Mais là...il restait perplexe. Sa main gauche jouait avec le verre presque vide, sa main droite avec un crayon sur le bloc qui lui servait à noter ses rendez-vous. Pas d’idée. Il avait oublié.

    C’est plus tard dans l’après-midi qu’il repensa au bloc ; une
    (jeune) cliente qui tardait, l’ennui et l’impatience qui lui donnaient des fourmillements à l’extrémité des doigts - l’envie de caresser l’objectif et, peut-être, le modèle… Il consulta le feuillet griffonné, écarta le crayon à papier posé sur les derniers mots qu’il avait écrits. Se figea, avant d’avaler péniblement sa salive. La fille aurait dû venir ; elle avait déjà une heure de retard, et n’avait pas apparemment jugé utile de prévenir, ajoutant ainsi l’incorrection à son regrettable défaut de ponctualité. Cela n’arrangeait en rien son cas, Frédo ayant en règle générale autre chose à faire qu’attendre le bon vouloir d’une petite ingénue : son agenda ne débordait pas mais comptait quand même de quoi meubler la journée jusque parfois tard le soir. Alors, le retard... Pourtant, Frédo Barrière nota le fait et presque aussitôt, l’oublia comme il oubliait même un moment l’existence de la sans-gêne : son intérêt se focalisait sur une toute autre annotation qu’il ne se souvenait pas avoir consciemment écrite, son esprit luttait contre l’illogique et ses yeux relisaient sans cesse :



    Le photographe cligna finalement des paupières, préservant de justesse le délicat film lacrymal qui permettait à ses yeux de constater sans douleur l’incongru message qu’il avait lui-même inscrit sur la page -
    ça, il s’en souvenait.

    « A PRESENT, TU SAIS QUE J’EXISTE »

    (à suivre)


    Gatrasz.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Juin 2009 à 07:27
    Ce n'est quand même pas...
    ... Dieu qui a écrit dans son carnet ? Le suspens est à son comble ! :~)
    2
    Mercredi 24 Juin 2009 à 08:44
    @Tant-Bourrin :
    ...hé bien ça...Dieu seul le sait ;) (non, je déconne, il y a moi, aussi !)
    3
    Mercredi 24 Juin 2009 à 14:05
    Ah ouais
    j'avais loupé ça, ben vite vite vite vite vite la suite !!!
    4
    Mercredi 24 Juin 2009 à 17:58
    Le début de la fin ?
    Est-ce un carnet à spirale ? La spirale infernale du temps qui s'enroule et se déroule sans fin...
    5
    Mercredi 24 Juin 2009 à 23:13
    @Julie :
    ...pas de souci, ça arrive^^ Bonne lecture ! ;)
    6
    Mercredi 24 Juin 2009 à 23:15
    @Andiamo :
    ...il y a toujours une fin (mais laquelle ?) Euh, c'est plutôt le genre où on déchire au fur et à mesure... :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :