• Le Photographe... (1)

    Fond sonore : [B.R.M.C. - Windows]

     

    Depuis cinq ans, Frédo était installé comme photographe dans la rue Peyrolières. Son atelier au premier, son appartement juste au-dessus. L’escalier débouchait, au rez-de-chaussée, entre les vitrines d’un marchand de Bibles et d’un Guitar Shop dont les enseignes au néon se faisaient directement concurrence. De cet affrontement criard retombaient en pluie des nappes clignotantes de lumière rouge sang, juste sur le petit panneau blanc : F. Barrière - Photographie d’Art, Portraits.

    L’après-midi, il recevait les clients ; shootings, photos de famille, etc... Il voyait passer des mères avec leur progéniture pas toujours photogénique, pas mal de filles grandes et filiformes avec rêves de mannequinat -
    ça, il aimait bien. Le matin, il développait ses clichés dans la chambre noire attenante à son atelier. Il aimait faire cela souvent à l’ancienne manière, en argentique, avec les bacs de solutions où trempaient les tirages qu’il faisait ensuite sécher en les suspendant, côte à côte, comme des vêtements sur la corde à linge après une lessive. Ça, c’était quand il avait le temps ; sinon, il travaillait en numérique, comme tout le monde. Cependant, le domaine où jamais il n’aurait travaillé autrement qu’en argentique, c’était ses photos de voyage. Les instantanés qu’il prenait quand il était de passage dans une ville ou une autre ; un porche, une maison, une ruelle obscure. Un tag, une voiture. Un pont d’autoroute tout neuf surplombant un vieux quartier ; le reflet d’une tour de bureaux dans une flaque d’eau, sous un ciel limpide... Tout ça, c’était pour son vieux Konica avec zoom semi-automatique : son premier appareil, une merveille qui jamais ne lui avait fait faux bond. Il l’emportait partout sous son bras, dans une sacoche pendue à son cou ; et tout ce qui lui accrochait l’œil finissait sur la pellicule. Pas une photo ratée en presque dix ans ! Du petit détail sympathique au panorama grandiose, tout finissait un jour sur le fameux fil à linge. Il en avait aussi tiré des agrandissements, qui agrémentaient son studio de travail et les murs de son appartement.

    Ce matin-là, Frédo développait donc de la pellicule. Il avait pris quatre jours de vacances pour monter voir des amis à Poitiers, ville qu’il ne connaissait guère, et il avait ramené toute une collection de prises de vues. Des angles de vue très personnels de rues et de chantiers de construction ; il y avait eu pas mal de travaux de rénovation les mois précédents, et les échafaudages toujours présents envahissaient les façades de la gare, de la cathédrale et de pas mal d’immeubles. Un genre particulier mais qu’il affectionnait : c’était plein de sens à ses yeux, cette association de l’éphémère et du quasi-éternel. L’homme et la pierre... Il avait aussi photographié des gens : des silhouettes errantes, des musiciens dans les bars -
    il travaillait souvent avec des groupes de rock - et des visages, des tronches, d’inoubliables figures impressionnant la pellicule et la rétine. Bref, toute une série d’images s’enchaînant un peu comme un inventaire à la Prévert, sans ordre précis, au gré des cheminements géographiques et mentaux du photographe, mêlant lieux, lumières, heures de la nuit et du jour de telle façon que, parfois, se souvenir du contexte devenait tout à fait impossible. Un casse-tête, mais qui pouvait avoir son charme : combien de fois était-il resté perplexe devant un de ses propres clichés, le retournant dans tous les sens sans parvenir à comprendre ce qu’il avait à présent sous les yeux ? Et pourtant, il les aimait bien, ces petits mystères ; il en avait même vendu à bon prix quelques uns. Frédo Barrière espérait bien trouver de ces perles, ce matin de juin, en développant dans le noir sa dernière pellicule. Mais à sa grande surprise, c’est sur autre chose qu’il tomba...

    (à suivre)


    Gatrasz.


  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Juin 2009 à 07:23
    Sur quoi est-il tombé ?...
    ... Mystère ! Mais une chose est sûre : il ne faut jamais faire les choses à Poitiers ! :~)
    2
    Samedi 6 Juin 2009 à 14:35
    @Tant-Bourrin :
    ...oui, surtout [comme dirait Little Bob] si on est 'born Toulouse' ! ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :