• Killing [Anybody's] Sweetheart... (2)

    Un lien pour le fond sonore : [The Kinks - Sunny Afternoon]

    (Bon, comme j'ai été un peu plus long que prévu, il y aura 3 parties à ce texte au lieu de 2 ; mais la fin est écrite...presque !)

    Aux yeux de tous, Elena traversa bien sûr une période de vague à l'âme, recouvrant en réalité un fond de souffrance et un profond sentiment d'abandon. Cependant, c'était un peu comme si elle s'éveillait d'un long rêve et que, en fin de compte, elle avait toujours su que cela finirait, précisément, de cette façon-là. Elle ne se rendait pas encore compte qu'il s'agissait juste d'un tour, une façon détournée d'étouffer la douleur et de passer outre ; mieux valait croire, à son avis, à l'omnipotence d'un instinct, d'une prémonition, un pouvoir sur l'avenir. Voilà : elle savait, elle s'était toujours doutée, au fond. Il n'y avait rien d'autre à dire. Rien.

    Cela devait arriver quelque six mois plus tard, juste après la période des examens de fin d'année. Elle avait bataillé un peu plus que prévu pour se maintenir à la tête de la promotion : ses travaux étaient parfois inutilement confus, elle laissait de côté des choses qu'elle refusait d'approfondir ensuite... Il lui avait fallu en dernier recours s'imposer telle quelle, faisant de ses oublis des choix délibérés, sacrifiant des idées brillantes à ses yeux mais pas suffisemment travaillées. Après coup, elle préférait se dire qu'elle n'avait simplement pas eu le temps... Ce matin-là, elle avait déjeûné rapidement d'un café trop fort et d'une poignées de tartines qui lui restaient sur l'estomac tandis qu'elle marchait vers l'Ecole ; peut-être aussi qu'elle angoissait à l'idée que c'était le jour de l'annonce des résultats. Son écharpe sur le nez -
    il faisait encore un peu froid - et les cheveux au vent, elle traversait le boulevard en direction de la petite foule qui, déjà, entourait le panneau d'affichage. Des mines déçues, des cris d'impatience ou de joie : Elena s'arrêta un instant, en marge, comme l'acrobate s'immobilisant l'espace d'une fraction de seconde au point culminant d'une figure - toute une éternité - avant de retomber. Sa respiration s'arrêta, ses yeux parcourant l'espace autour d'elle ; c'est alors qu'elle LE vit.

    Il avait changé, mais à peine : ses cheveux noirs un chouïa plus longs, ses vêtements moins exhubérants -
    exactement comme elle. L'air un peu moins insouciant qu'avant, peut-être un rien de maturité en plus... Un regard durci, mais au fond toujours chargé de cette muette supplique : aime-moi... Comme un gosse qu'aurait mal compris ce que 'grandir' signifie, qui continuerait d'y croire alors même que tout laisse croire que c'est fini. Elle sentit son coeur se serrer, battre un grand coup : la chaleur quittant ses extrêmités affluait vers sa tête, dans sa poitrine. L'émotion menaçait de la déborder ; pourtant elle resista avec l'énergie du désespoir. Non, ce ne pouvait être qu'une illusion : elle savait bien qu'il était parti pour de bon, qu'il n'était pas du genre à revenir en arrière. Bourreau des coeurs, beau parleur, mais trop meurtri par le passé pour accepter d'y fourrer à nouveau son nez - ou son coeur. Elena ferma les yeux : il s'agissait seulement d'un rêve cruel, elle n'était pas complètement réveillée au fond et, quand elle rouvrirait ses paupières, il aurait disparu. C'était un jour important, elle aurait sûrement aimé, s'il était resté, avoir à ses côtés son Stévian pour partager son angoisse, conforter ses espoirs et effacer ses doutes ; c'est humain. Mais l'humain est faible, soumis au doute et vulnérable aux illusions dont le réveil est - toujours - douloureux. Elena, pour sa part, choisit à nouveau de ne pas y croire, pour sa propre sécurité. Aucune erreur possible : Stévian ne s'était jamais trouvé là ; quand enfin elle ouvrit les yeux, effectivement, il n'y était plus.

    (à suivre)


    Gatrasz.


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Octobre 2010 à 10:20
    Ce serait bien... Parfois.
    Cligne une fois : bonjour ! cligne deux fois : au revoir ! L'histoire me plaît, j'attends.
    2
    Lundi 11 Octobre 2010 à 22:26
    @Andiamo :
    ...le cuisinier vous apporte bientôt la suite, Monsieur. J'espère que vous serez satisfait du service ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :