• Catharsis in the Underground Kingdom...

    [The Young Gods - Gasoline Man]
    (God Save my Rock N'Roll Queen)

    Sur une piste tout sauf lumineuse, où seules dansaient les horreurs qu'un vigile sans imagination avait laissé passer, j'ondulais ma couenne liquoreuse aux relents fiévreux de tristesse oubliée. J'avais dit que je danserais, à défaut d'une corde j'avais choisi les planches épineuses, et plus rien ne pouvait m'empêcher d'exprimer ici le jus de mes regrets, fruit de mes attentes pour le moins déçues et des cadeaux aussi inattendus qu'empoisonnés de la vie à la surface. Qu'on est mieux aux étages inférieurs, où la boue noire des crimes accomplis là-haut ne colle plus aux basques mais s'écoule, liquide... Je glisse sur des flaques qui ne sont plus du sang, au détour des pogos où les crêteux m'entraînent avec une joie féroce. Dans la cage derrière moi, les musiciens jouent leur vie douloureuse en écornant leurs doigts électriques sur les cordes grasses d'un rock bien acide, la sueur d'un Lou Reed noie les amplis saturés à bloc. Des yeux blancs me visent et à chaque coup me manquent, se raccrochent à une jambe ou à un riff pour ne pas tourner du globe ; ils voudraient rire d'eux-mêmes mais ils sont trop essoufflés pour ça. Comment leur faire comprendre qu'ils s'agitent en cherchant la lumière sur une piste aux étoiles mortes depuis longtemps, sous une musique dépressive qui n'est toujours que sauts du haut des falaises , message dans une bouteille confiée à la mer des sanglots de nos frères qui font couler la weed ? Tous ils finiront par craquer... Je terminerai seul debout de la tribu de Dana sous mes vêtements glauques et plus personne sous mes bottes ferrées, j'ai vu la mort se marrer et ramasser ceux qui restaient ; enfin sur les genoux je serai dans le stupre et l'essence (salée) de toxines expurgées par l'effort inutile sacrifié aux divinités mortes, là-dessous enfouies dans une nécropole que les pas répétés des danseurs ont scellée sous la terre tassée. Elles ne remonteront pas, les terreurs qu'on y oublie ; plût aux vivants qu'après ma mort, on ne m'enterre pas si profond que je les y retrouve...

    Gatrasz.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Avril 2008 à 15:18
    Chapeau...
    (j'aurais aimé avoir plus de recul pour en avoir plus à dire -parce que là tout de suite je confuse-, mais non. Je te tire juste mon chapeau Gatrasz :))
    2
    Jeudi 3 Avril 2008 à 17:23
    Merci Because...
    ...of me :) J'aime bien les coups (de chapeau)...
    3
    Vendredi 4 Avril 2008 à 14:49
    BLEUFEE
    C'est ça ... bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :