• Batracien De l'Horreur...


    Il voit chaque week-end revenir avec impatience ; et il s'arrange pour être toujours en fonds, même à la fin du mois. Parfois, il se restreint drastiquement pour pouvoir y arriver, mais un repas sur deux c'est déjà pas mal finalement. Alors quand le moment vient, comme la nuit tombe, il s'en va se perdre dans un troquet avec d'hypothétiques amis... Toute la soirée, il boit ; il n'aime pas jouer, et puis il n'en aurait pas les moyens, alors il se contente de regarder les autres. Parfois il parle avec un allumé, et il aime bien. Quand il peut assister à un concert, il est content de pouvoir s'éclater un peu sans payer guère plus que le prix d'une conso... Mais ce qui l'intéresse vraiment, en fin de compte, vient après. Toute sa thune, il la garde pour ça. Cela peut prendre des formes variées ; se finir à la vodka ou au spliff chez un ami d'un copain (ou l'inverse), sur le parking d'une boîte en attendant que les gens sortent ou dans un antre étouffant et sombre. Ce dernier endroit convient mieux pour y aller pas mollo du tout sur la fumée et mater un film après, complètement déchiré comme de bien entendu. Ou en cas de motivation, sortir la bonne vieille HardTech et la nostalgie des années 80-90 ; mélanger Fat Boy Slim et Prodigy, faire un mix Sepultura-Jungle et gober les substances qui vont avec. Pack Clubbing pour cocktail de teufeurs en mal de rave-party et  d'utopie toute blanche... Mais il sait bien que ça ne sert à rien. Ça ne sert à rien de s'abrutir le temps d'un week-end, d'avoir l'esprit vide et de ne penser à rien. Ce n'est rien d'autre qu'un simulacre de destruction ; et il le sait. Il le sent, même s'il ne veut pas se l'avouer. Chaque week-end, il descend dans les entrailles du Monstre pour en ressortir vidé ; mais ce qu'il espère, c'est d'y rester un jour, s'effacer sans le faire exprès. Se dissoudre dans une ecsta ou se noyer dans une bassine. Déjà pourri de l'extérieur, comme un signal. Pour l'instant, chaque fois il renaît, tout neuf et les yeux grands ouverts sur une lumière qu'il n'espère ni ne comprend plus. Mais ça ne pourra pas durer toujours...

    Gatrasz.
     


  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Avril 2007 à 11:48
    c'est un autoportrait?
    (soupir)
    2
    Lundi 16 Avril 2007 à 11:50
    Oui
    ...enfin presque ; importent moins les mots que l'idée... B'jour Jane, au fait :)
    3
    Ta Fée en Robe mauve
    Lundi 16 Avril 2007 à 11:54
    j'ai fait un
    doux rêve, cette nuit, ponctué d'une mélodie armonieuse de deux corps... je t'embrasse petit batracien de mon coeur
    4
    Lundi 16 Avril 2007 à 11:56
    Hé bé dis-donc,
    en épérant que le petit batracien reprenne des couleurs plus vertes...
    5
    Lundi 16 Avril 2007 à 11:58
    B'jour French...
    ...pas de réflexion, je te prie^^ Nan, j'ai pas envie d'être vert ;)
    6
    Lundi 16 Avril 2007 à 12:21
    rha!
    une rivale!
    7
    Céleste
    Lundi 16 Avril 2007 à 12:22
    Salut Gat,
    Les batraciens, au fond, c'est souvent des princes. Ce serait dommage de se noyer dans la vase de l'étang. Enfin, moi je dis ça, je dis rien... Je te ferais des bises quand t'auras déssaoulé. ^^
    8
    Lundi 16 Avril 2007 à 16:56
    " Sachez que
    toutes les..." SPLATCH !
    9
    Lundi 16 Avril 2007 à 16:59
    Espèce de Prince, va^^
    ...j'ai toujours su que les princes officiels étaient des malotrus, et même des... (Splaff !!)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :