• 2084...


    Après plusieurs tentatives infructueuses pour exorciser mes rêves, je décidai de prendre la situation par son autre bout et augmentai la dose de somnifère. Je me réveillai en 2084. La jolie blonde qui vint assister à mon réveil semblait environnée de nuages.
    "Avez-vous bien dormi, Monsieur ?
    _Euh...oui, merci, dis-je ; le son de ma voix avait baissé de deux tons au moins et me fit presque peur. Soit j'étais devenu Tom Waits, soit j'étais encore sérieusement dans le pâté...
    _Que faîtes-vous dans ma chambre, au fait ? demandai-je soudain, à brûle-pourpoint ; j'avais envie de l'appeler "Casque-d'Or", mais je doutais fort qu'elle se souvienne de Jean Gabin.
    _Je vous attendais, répondit-elle en souriant. Ses dents ne bougeaient pas, j'en conclus que si sa poitrine en silicone était bien réelle, le reste en revanche était sans doute artificiel. Vous avez été victime de l'effet secondaire numéro 72-244B, et vous avez dormi 74 ans sans vieillir...
    _Vous voulez dire qu'il me reste toujours...euh, 41 ans à cotiser ?
    Elle rit.
    _Non, Monsieur ! Ça n'aurait pas de sens. Vous cotisez 65 annuités, puis vous avez le droit de demander un emploi de retraite à mi-temps, si vous pouvez justifier que vous avez 82 ans au moins, une maladie invalidante et un...
    Le petit objet qu'elle portait à la ceinture clignota soudain bruyamment ; elle m'apprit qu'il s'agissait de son terminal
    (ainsi nommé parce que c'est terminé, on ne pourra pas miniaturiser les composants plus que ça) qui faisait radio FM, tazzer, bouilloire électrique, GPS, dictaphone, rétroprojecteur laser, chaîne Hi-Fi, sono, thermomètre, diffuseur de parfum d'ambiance, passe-partout électronique...
    -...vibromasseur ?
    _Pfff...évidemment ! Sinon, à quoi cela servirait-il, franchement ? Oh, poursuivit-elle, il faut que je renouvelle ma carte SIN.
    _Pardon...?
    _C'est pour pécher.
    _Ah. Ok. Et...ça mord souvent ?
    Elle m'adressa un clin d'oeil complice ; maintenant que son compte était dûment rechargé, nous pourrions faire tout un tas de bêtises : elle venait de se racheter (littéralement), ça resterait donc complètement légal. Je trouvai ça plutôt rassurant.
    Quand elle eût remis dans sa poche son terminal
    (de marque Sebb-Erriksson-ElectroLuxe, cela m'avait tout d'abord échappé), elle m'entraîna dehors. Sitôt en plein soleil, sa peau bronza en grésillant, instantanément ; et une mince pellicule de transpiration colla sa robe translucide à son corps à présent brillant. Je dus prendre un air vaguement inquiet (voire carrément affolé) car elle s'esclaffa, tandis que je dégrafais mon col pour respirer :
    _Ça surprend, la première fois, hein ?
    _Mais...il fait au moins 55 degrés ?!
    _A l'ombre, oui ; les bienfaits du réchauffement. A nous les Tropiques !
    _La pollution ? Le pétrole ?
    _Oh, non ; il prenait déjà feu dans les cuves des pétroliers au passage de l'équateur, alors ils sont passés par les pôles. Les dernières marées noires ont tué les pingouins ; mais aujourd'hui l'énergie à la mode c'est la géothermie.
    Je fus surpris d'apprendre que dessaler l'eau de mer ne coûtait plus rien ; presque plus besoin de chauffer pour atteindre l'ébullition, donc économie d'énergie. CQFD. L'eau de source de l'Antarctique était en vogue
    (plus de glace, donc plus aucune raison de protéger ce continent-là) ; d'ailleurs les fabricants de moteurs à eau faisaient fortune dans l'automobile, et la demoiselle tint absolument à m'emmener en ville dans sa Renauld-Volvicq décapotable. J'acceptai, me promettant de ne plus jamais prendre de somnifère...

    Gatrasz.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :